phenq_FR_T_Axelle-300x300-Style3

Konjac Coupe Faim [AVIS 2019]: Efficace? Effets Secondaires?

Konjac Coupe Faim [AVIS 2019]: Efficace? Effets Secondaires?
4.6 (92.86%) 14 vote[s]

Une perte de poids réussie, c’est mieux quand c’est sans produits chimiques. Les aliments les plus efficaces pour maigrir se trouvent dans la nature. C’est le cas du Konjac. Il agit comme un coupe faim efficace et naturel, et peut être consommé sans ordonnance. Limiter son appétit permet de perdre des kilos rapidement.

Qu’est ce que le konjac ?

Mais pour les non initiés à ce légume originaire d’Asie, commençons par le début : c’est bon et ça fait maigrir. Que demander de plus ? Les japonais sont friands de ce coupe faim bio qu’on retrouve dans de nombreux régimes médiatisés.

La magie vient de ses racines. On y retrouve un gélifiant naturel, qui vient tapisser l’estomac et qui donne une impression rapide d’avoir bien mangé, alors qu’il n’en est rien. On dit aussi de lui qu’il à d’autres bienfaits, et qu’il pourrait agit sur le cholestérol.

Le konjac fait-il maigrir ?

Attention : il ne s’agit pas d’un brule graisse naturel, mais d’un aliment qui va apporter l’impression de satiété.

Le résultat, quand on mange bien, c’est que le corps va piocher dans sa réserve de calorie et que par le jeu des vases communicants, on va perdre du poids.

Il se consomme sous différentes formes. On peut l’acheter en pharmacie sous la forme d’un complément alimentaire (gélules ou gelée), mais aussi l’avaler sous forme de pâtes. Dans les nouilles de konjac, il y a très peu de calories.

Le bon plan pour en acheter : les épiceries asiatiques, ou sur Internet pour ceux qui préfèrent ne pas se déplacer. Le konjac se conserve longtemps.

Le konnyaku, c’est la forme sous laquelle on le retrouve le plus. C’est un bloc.

Acheter en pharmacie : une bonne ou une mauvaise idée ?

Vendu sous la forme d’un complément alimentaire, on peut en trouver dans toutes les bonnes officines, qui regorgent de toutes ces gélules censées nous faire retrouver la silhouette de notre adolescence.

Sauf que les produits qui sont vendus en pharmacie ne sont pas toujours les meilleurs, car bien souvent, les compléments alimentaires sont sous-dosés, avec au final une efficacité largement réduite.

Il faut donc se méfier du packaging et de l’emballage, et bien étudier la composition des gélules que vous allez acheter. Il y a de nombreuses marques qui commercialisent le konjac, et toutes ne se valent pas.

Rappelons la dose conseil: 3 grammes par jour, 1 g par repas.

L’avis des consommateurs

Il n’y a qu’à parcourir les forums sur les régimes et la santé pour s’en rendre compte : pour beaucoup, ça marche.

Cette petite racine fait des merveilles, même si elle est encore très peu connue en France, alors qu’on le retrouve un peu partout dans les pays asiatiques.

Un de ses avantages, et non des moindres, c’est qu’on peut en ajouter dans tous ses plats. C’est un additif épaississant (le glucomannane). Un coupe faim qui peut être consommé tous les jours, à petite dose, même s’il faut supporter ce petit goût de poisson…

Les vertus d’un aliment méconnu

Il pourrait, si cela existait, être l’ambassadeur du light tellement il contient peu de calories. Il est même moins calorique que le concombre, c’est dire.

Avec lui dans son estomac, les graisses restent à la porte, puisqu’il va se gorger d’eau et prendre beaucoup de place, comme le montrent les études scientifiques.

On peut aussi l’utiliser autrement que pour faire un régime, en cure de détox par exemple. Parfait pour se « laver » l’estomac des excès. On dit de lui qu’il agit aussi sur la glycémie, mais là, il faut voir cela avec son médecin.

Enfin, ces dames apprécieront son effet ventre plat. Ce sont les fibres, contenues dans la racine en grande quantité qui vont oeuvrer. Pas de risque d’être constipé.


A ESSAYER AUSSI : Le step


Les avantages et les inconvénients

On vient de dérouler la longue liste de ses effets bénéfiques. Mais cette racine asiatique a-t-elle des effets indésirables ?

Son principal souci pourrait être celui du goût : il n’en a aucun ! Pour égayer ses repas, on a connu mieux.

Les français qui ne sont pas habitués à la cuisine exotique peuvent aussi avoir du mal avec sa consistance et sa transparence.

Comment le rendre efficace

Il y a des règles à respecter, comme toujours quand on veut arriver à un but bien précis, en l’occurrence celui de perdre quelques kilos et de stabiliser son poids par la suite.

La quantité d’abord. Elle doit être suffisante mais pas trop : entre 1 et 4 grammes par jour.

Si la prise se fait par gélules, il faut donc respecter les doses, et ne pas oubliez de les ingérer avant de manger et de les accompagner d’un grand verre d’eau.

L’avis des médecins

Regardons maintenant un peu plus attentivement les témoignages des professionnels. Quels sont leur avis sur le Konjac ?

L’avis des nutritionnistes sur les bienfaits

D’abord, ils insistent sur le fait qu’il s’agit ici d’un produit naturel, ce qui en fait donc en coupe faim qui va vous aider à perdre du poids sans l’ajout de produits chimiques.

L’actif naturel qui va réduire votre cholestérol et vos triglycérides est le glucomannane. Les toxines qui sont dans votre tube digestif vont être éliminées en douceur.

Les contre indications

Même avec un actif naturel comme le konjac, il peut y avoir un danger. Ici la contre indication concerne les diabétiques.

Ces derniers doivent le consommer sous contrôle médical. Ce n’est pas un avis négatif, mais une recommandation.

Il est aussi important de boire beaucoup d’eau pendant la phase où vous allez suivre un régime à base de konjac, car ce légume en absorbe beaucoup. Pensez aussi à prendre des nutriments en complément.

Les effets négatifs

Est-ce dangereux pour la santé ? On se pose la question car le produit n’a pas toujours eu bonne réputation. Même si vous oubliez de boire beaucoup d’eau, vous risquez seulement d’être ballonné.

À partir du moment où vous ne donnez pas du konjac à vos jeunes enfants, que vous mangez sainement et que vous n’en prenez pas si vous êtes diabétique, vous ne risquez pas grand chose, surtout avec les produits qui sont vendus en France.

Où en est-on de la recherche ?

Le konjac a encore beaucoup de choses à nous apprendre. Pour l’instant, son efficacité est reconnus sur le mauvais cholestérol, la constipation et sur les triglycérides, sauf chez les diabétiques. Ces derniers, avec les obèses, ont vu leur taux de glycémie baisser.

En revanche, pour le moment, personne n’a pu démontrer l’effet bénéfique du konjac sur le bon cholestérol.

Et nous sommes toujours en attente s’une étude de grande ampleur, qui permettrait de valider tous les travaux de recherche, qui ont été jusqu’à maintenant réalisés sur peu de sujets.

Est-ce dangereux pour la santé ?

D’abord rassurez-vous : le konjac ne fait pas partie des médicaments pour maigrir trop puissants interdits en France, loin de là. Seul un mauvais comportement peut créer le danger.

Ainsi, l’eau à son importance. S’il n’y a pas assez de liquide, on peut ressentir un certain étouffement. C’est pourquoi il ne faut pas en prendre avant d’aller se coucher.

Un surdosage peut aussi créer quelques inconvénients, comme celui de se rendre aux toilettes plus de fois que de coutume, ou d’avoir des vents, à répétition.

Enfin, attention avec les coupes faim. Il faut penser à prendre en complément les vitamines et les minéraux qui ne sont plus apportés en quantités suffisantes par la nourriture.

Les différentes formes

À suivre, plusieurs façons de le consommer, histoire de varier les plaisirs.

Le konjac en gélules

Difficile de faire plus simple, mais attention quand même avec les compléments alimentaires achetés en pharmacie, pas toujours dosés comme il le faudrait (souvent en sous- dosage).

Avec elles, pas besoin de cuisiner et de se creuser la tête pour se régaler.

Le konjac en poudre

Comment l’utiliser ? Sous cette forme, le konjac est facilement délayée dans n’importe quelle préparation culinaire, à condition qu’il y ait du liquide. Une idée ? On peut en mettre en peu dans les soupes et les potages, histoire de les épaissir un peu.

La poudre peut aussi simplement se prendre dans un grand verre d’eau, à 1/2 heure des repas. Il est important de se dire qu’il s’agit d’une cure, sous cette forme, et qu’au delà d’un mois, c’est trop.

Riz rond

Le riz rond de Konjac se trouve principalement dans les épiceries asiatiques. Il est un peu plus cher qu’un riz « normal » mais le jeu en vaut la chandelle tant c’est simple d’utilisation : faire bouillir un peu d’eau et le tour est joué.

Sa fabrication est naturelle, sans additifs : juste de l’eau et du konjac. Il vient du Japon, il n’a pas de goût et il ressemble à de la semoule. Avantage : les calories sont peu nombreuses par rapport à un autre féculent.

Vermicelles (shirataki)

Sous cette forme, on peut cuisiner le konjac dans de multiples recettes asiatisantes. A essayer : avec du curry et du lait de coco. Bon à savoir : la texture des vermicelles peut décontenancer (gélatineuse).

Efficace pour la méthode Montignac ?

La méthode Montignac a fait ses preuves. Elle est devenue au fil des années une des plus célèbre pour réussir à perdre ses kilos superflus. Alors peut-on la combiner avec du Konjac ? Oui, si ce dernier est consommé dans sa forme naturelle.

En effet, il est peu calorique et plein de fibres solubles. Mais son grand +, c’est de pouvoir agir sur la glycémie. Le glucomannane va avoir une action sur la sécrétion d’insuline et la cholestérolémie, ainsi que sur le transit intestinal.

Notre conseil : le konjac n’est pas une fin en soi pour maigrir. C’est un complément alimentaire qui vient apporter son aide. L’alimentation doit donc rester variée.

Autorisé pour le régime Dukan ?

C’est l’autre grande star des régimes, même si le système Dukan a souvent défrayé la chronique. Ses relations avec le Konjac, elles, sont étroites, car la racine asiatique est non seulement autorisée, mais préconisée au commencement, pour attaquer son régime Dukan.

L’un et l’autre sont donc comme les deux doigts de la main, même si le premier cité reste ultra connu dans le monde, tandis que le second cherche à se faire une place au soleil.

Comment l’intégrer ?

Sa force, c’est de ne contenir que très peu de calories, ce qui en fait un des aliments les moins caloriques au monde. A cela s’ajout son action coupe-faim. Toutes ces qualités font qu’il parait difficile de s’en passer.

Si l’appétit vient en mangeant, avec le Konjac, c’est tout le contraire. C’est en l’avalant que va arriver la sensation de n’avoir plus faim.

Sauf qu’avec Dukan, il y a des phases à respecter. Et c’est là qu’arrive la cerise sur le gâteau : on peut en consommer dans toutes les phases ! Quel autre légume peut en dire autant ?

Gérer les phases

Quelques petits conseils pour faire du konjac son meilleur ami pour la vie quand on suit un régime Dukan. Rappel des phases.

    • L’attaque : les protéines
    • Le lancement : protéines + légumes
    • La consolidation : protéines + légumes + aliments à base de lait
  • La stabilisation : faire attention tout en se faisant plaisir

Toutes ces phases peuvent être accompagnées du konjac, histoire de varier les plaisirs et d’avoir quelque chose à cuisiner.

Légume ou féculent ?

Le débat fait rage entre les fans. C’est vrai qu’il ressemble à des pâtes quand il est consommé sous forme de nouille ou de vermicelle. Sauf qu’au niveau des calories, il est le champion toutes catégories et se rapproche beaucoup plus d’un légume.

Pour le régime, il est le compagnon idéal puisqu’avec lui, on peut avoir l’impression de se faire un bon plat italien alors qu’en réalité il n’en est rien.

N’oubliez pas que dans l’optique de perdre du poids, gardez le moral reste la pierre angulaire d’un régime réussi.

Pour clore le débat, on peut donc dire qu’à la mastication et à l’oeil, on a l’impression d’ingérer un féculent, et qu’il reprend ses allures de légumes une fois dans l’estomac grâce à ses fibres et à tout le bienfait qu’il fait à notre corps.

Konjac et diabète

Et si c’était un produit miracle ? N’allons pas trop vite quand même. La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus d’études cliniques s’y intéressent.

Avaler des compléments alimentaires, ce n’est pas nouveau. Mais celui-ci aurait pour certains des vertus insoupçonnées, agissant comme un bienfaiteur sur le cholestérol et le diabète.

Attention toutefois : s’il peut être bénéfique pour certains, il peut aussi avoir l’effet contraire sur d’autres, à cause notamment de l’interaction entre médicaments.

S’il est utilisé dans cette optique, il doit toujours l’être avec avis médical. Votre médecin reste le mieux placé.

Bon pour les régimes sans gluten

Les courageux qui se sont lancés dans le sans gluten le savent : il n’est pas facile de trouver des aliments variés pour se faire plaisir et se mitonner des bons petits plats. Remplacer les féculents en France n’est pas un exercice simple.

Du coup, quand on découvre un aliment miracle (ou presque) comme le konjac, ce sont les intolérants au gluten qui sautent de joie ! Avec lui, plus de problèmes de digestion ni de maux de ventre.

Le gluten free, c’est bon pour la santé. Cette tubercule est excellente à ajouter à son régime sans gluten. Et en plus, après l’avoir avalé, sous la forme de riz ou de vermicelle (on le trouve aussi sous la forme de tagliatelles), on est bien rassasié.


POUR ALLER PLUS LOIN : tout savoir sur la progestérone


Effets secondaires et indésirable du konjac ?

On en a déjà parlé un peu plus haut dans cet article, mais il est bon de revenir dessus pour ceux qui lisent en diagonale et qui ont zappés cette information.

On ne peut pas parler d’effets secondaires au sens strict du terme. Rappelons qu’il s’agit d’un complément alimentaire 100 % naturelle.

Il n’y a donc pas d’effets indésirables, en principe en tout cas. Mais toute règle à ses exceptions car il a une action sur le corps.

Pour éviter d’éventuels désagréments, il ne faut pas dépasser les doses qui sont conseillées. Ceux qui veulent aller plus vite que la musique font donc une erreur car un surdosage peut se révéler dangereux pour l’organisme.

Point trop n’en faut

Dépasser la dose, c’est là que peuvent apparaitre les effets secondaires. Rappelons qu’il s’agit d’une fibre, qui va gonfler dans l’estomac.

Si dégâts il y a pour surdosage, c’est dans l’estomac que cela va se passer : à vous les ballonnements et l’occlusion dans le pire des cas.

Les autres coupe faim naturels: le Yacon et le Nopal

Les adeptes des produits naturels pour maigrir sont toujours à la recherche d’autres plantes ou racines miraculeuses. Ainsi, le konjac n’a pas le monopole des coupes faim. Pour perdre du poids, il y a aussi d’autres petits secrets.

Rappelons quand même qu’ils doivent toujours être associés avec des protéines, pour ne pas tomber en carence.

Le nopal

Lui, il vient du Mexique. C’est un cactus, plus connu sous le nom de figuier de Barbarie. Il est utilisé aussi pour soigner les blessures car il agit sur la cicatrisation. Le nopal agit sur la faim et sur la sensation qu’on peut en avoir.

Son petit plus : il contient aussi des vitamines et des sels minéraux. A consommer, là encore, avec beaucoup d’eau.

Le yacon

On le trouve aussi en Amérique du Sud, il ressemble à une pomme de terre. Ses qualités nutritionnelles sont excellentes. C’est une édulcorant naturel. On peut choisir de la manger cru ou cuit.

Le danger : la montée d’insuline.

Qu’est-ce qui fait un bon coupe-faim ?

Quand on a de l’appétit pour deux, c’est un gageure que de garder la ligne, d’où l’utilisation de ces produits qui doivent, s’ils sont efficaces, réduire l’appétit.

Mais pour être bénéfiques, ils doivent aussi être le moins sucré possible, la glycémie étant une ennemie du régime.

Une fois le sucre banni de son alimentation on se sent beaucoup mieux.

Reste le transit. Un bon coupe faim doit le faciliter. Si malgré tout vous avez des envies, sachez qu’il existe une plante ayurvédique qui peut les limiter : le gymnéma (à consommer sous la forme de feuilles qui se mâchent).

Bien se nourrir

L’alimentation est la clé d’une perte de poids réussie. Avec le respect de principes simples, on fait déjà un grand pas en avant pour entrer dans son maillot de bain en été.

Ainsi, nous vous conseillons d’augmenter votre consommation de légumes, de manger plus léger le soir, de ne pas boire pendant les repas et de bien mâcher avant d’avaler, pour digérer plus facilement.

L’utilisation d’un coupe faim, elle, ne peut pas durer dans le temps. C’est une rampe de lancement. Après, il faut passer à autre chose, en changeant sa façon de manger.